Brèves

Janvier 2020

Entre rédaction et tatouage, les traits communs.

Ecouter parler Sébastien Ducloy m’a donné très envie de partager la vision qu’il porte sur son métier, car elle se conjugue avec ma démarche d’écriture.

Par les mots ou par le dessin,

l’expression c’est l’autre.

Le message à fleur de soi.

Encré de fierté affichée, tel un étendard de ralliement pluriel ou de liberté singulière, en objet d’art et de désir, dissimulé dans un décolleté accroche-coeur, en dreamcatcher intime, en bijoux de valeur sentimentale ou de fantaisie coquette, le tatouage est la norme. Tout un symbole aussi.

Mais que l’acte soit réfléchi ou insouciant, on ne s’estampe pas de message dans la peau sans une certaine gravité, sans rituel. On ne s’abandonne pas à la première fois, sans préliminaire, sans dialogue indispensable avec son tatoueur.

En bon artisan, Seb sait le poids de l’encre. Au moindre doute qui pourrait l’affleurer, le tatoueur consciencieux interroge. Au besoin, il propose de revoir le projet, de l’affiner ou même d’y réfléchir encore, voire d’y renoncer.

Tatouage plume

Tatoueur, des idées qui collent à la peau.

Le tatoueur est-il fatalement ce maître mystique et baroque d’un univers d’initiés ? Dans l’imaginaire collectif, le décor de scène des aiguilles et des encres est sombrement habillé de cuirs et de chromes, paré de têtes de mort, de fées clochette et d’icônes tribales. L’idée obscure.

Aujourd’hui, le tatoueur peut être un artisan qui n’a d’ambition que celle de vivre de son savoir-faire motivé par sa passion, avec la volonté de développer et pérenniser sa petite entreprise en soignant son travail, sa réputation et ses valeurs. Son encrage peut être rationnel.

Comme le magicien sorti de la lampe, Seb exhausse les souhaits en magnifiant les traits pour que chaque dessin épouse les formes du corps, jusqu’au grain de peau. Et c’est du plaisir qu’il éprouve au plaisir que suscite son travail que l’artisan-tatoueur tire son bénéfice.

Tatouage sur épaule

C’est à l’école des beaux arts de Mons en Belgique que Seb a fait ses armes pour braver le dragon et vivre de sa passion.

Il est des rencontres qui m’apportent plus de questionnements que de réponses. Et je savoure ces flottements, ces fragments d’ailleurs qui m’entrainent dans des méandres de pensées qui me dépassent et me dépaysent. Merci Seb.

Rédactionnellement Vôtre.